You are currently viewing Comment réduire le risque de déchirure pendant l’accouchement ?

Comment réduire le risque de déchirure pendant l’accouchement ?

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:28/06/2022
  • Post last modified:26/07/2022
  • Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :19 min de lecture

Je souhaite vous parler aujourd’hui d’une situation que la plupart des femmes enceintes (si ce ne sont pas TOUTES les femmes !) craignent et dont elles s’inquiètent pendant la grossesse. Il s’agit de la déchirure à l’accouchement. Tout ce que vous pouvez faire pour réduire le risque de déchirure périnéale est sûrement bon à savoir, oui ? Et il y a des choses que vous POUVEZ faire pendant la grossesse et à l’accouchement pour aider à limiter ce phénomène. Cet article va vous aider à savoir ce que vous pouvez faire pour réduire les déchirures pendant le travail, afin que vous puissiez apaiser cette peur et vous sentir plus calme et confiante tout au long de votre grossesse et pendant le travail (car il est TRÈS important de réduire la peur de la naissance pour que le processus physiologique du travail se déroule sans interruption et le plus naturellement possible).

Je précise qu’il est très rare que les femmes sentent que leur périnée se déchire, en raison de l’intensité et de la pression qui se produisent à ce stade du travail. Souvent, les femmes se font dire qu’elles ont une petite éraflure (appelée aussi « éraillure ») ou une déchirure et sont surprises de ne pas l’avoir sentie. Or, une petite éraflure ou déchirure peut souvent guérir toute seule, ou avec quelques petits points de suture réalisés par la sage-femme (ou le gynécologue).

Voici donc mes meilleurs conseils pour réduire les déchirures pendant le travail.

Comprendre votre corps pendant l’accouchement

Tout d’abord, vous devez vraiment comprendre comment votre corps fonctionne pour donner naissance à votre bébé, et ce qui se passe dans votre corps tout au long du processus de travail. Comment les hormones fonctionnent, comment vos muscles fonctionnent et comment l’esprit peut influencer énormément tout ce processus. Vous verrez, c’est passionnant ! Si vous ne comprenez pas votre corps et la façon dont il fonctionne pendant le travail pour donner naissance à votre bébé, vous risquez d’être inquiète et craintive, et d’être tendue et crispée – y compris au niveau du plancher pelvien.

Vous avez vraiment besoin de détendre et de relâcher votre plancher pelvien au cours de la deuxième phase du travail, appelée la phase de  » descente « , également connue sous le nom de  » phase de poussée  » du travail. Il est donc important de suivre de très bons cours de préparation à l’accouchement pendant votre grossesse pour bien comprendre votre corps et votre esprit, et savoir comment ils peuvent travailler ensemble de la meilleure façon possible. Vous comprendrez que la nature est bien faite et que si vous tendez votre corps (y compris votre plancher pelvien), le risque de déchirure peut augmenter considérablement.

Travailler avec votre corps pendant l’accouchement

Lorsque vous êtes dans la phase de  » descente « , la deuxième phase du travail de l’accouchement, si vous ressentez le besoin de pousser et de vous baisser, écoutez votre corps et suivez-le. Vous n’avez pas besoin de forcer activement et de pousser votre bébé vers l’extérieur (cela peut crisper votre corps – et comme je l’ai expliqué plus haut, on préfère s’en passer), il est donc très important de travailler « avec » votre corps et non « contre » et d’être à son écoute.

C’est la raison pour laquelle vous pouvez apprendre la respiration  » vers le bas  » pendant la phase de travail, afin de travailler AVEC votre corps pour faire descendre le bébé et permettre à votre respiration de vous aider.

Ne pas avoir peur

Beaucoup de futures mamans craignent de provoquer et subir une déchirure lors de la phase de poussée. Si vous avez peur, que vous êtes tendue, que vous vous cramponnez, que vous bloquez votre plancher pelvien et que vous résistez, il est plus probable que votre périnée se déchire… Alors, libérez cette peur maintenant, pendant votre grossesse, pour que vous puissiez vous détendre et vous laisser aller une fois que le travail commencera. N’importe quel type de peur pendant l’accouchement peut empêcher votre corps de fonctionner de la meilleure façon possible et affecter les hormones de l’accouchement (l’ocytocine et l’adrénaline). 

Femme accompagnée lors de l'accouchement

Prendre conscience que votre corps a été conçu pour donner naissance à votre bébé

Il est très courant pour nous, les femmes, de penser que la naissance est en quelque sorte un processus qui nécessite de l’aide, que nous devons aller à l’hôpital pour accoucher au cas où notre corps ne pourrait pas le faire. Au cours des 50 dernières années, l’accouchement est devenu beaucoup plus médicalisé, alors que notre corps est absolument conçu pour le faire. Votre périnée est conçu pour s’étirer, il est très extensible, et il le fait merveilleusement bien. Ayez confiance en votre corps extraordinaire ! Il vient d’accomplir la chose la plus magique et la plus miraculeuse qui soit : il a passé 9 mois à faire grandir un bébé, alors bien sûr, il sait aussi parfaitement comment donner naissance à votre bébé.

Le massage du périnée

La plupart des études menées (1) retrouvent une augmentation des périnées intacts grâce au massage périnéal, même si tous les résultats ne sont pas significatifs. La préparation du périnée pendant la grossesse peut réduire le risque de déchirure chez les mères ayant leur premier accouchement vaginal. Le massage du périnée peut avant tout aider une femme à se familiariser avec son propre corps et à avoir confiance en sa capacité à s’étirer et à donner naissance à son bébé, mais aussi à commencer à étirer et à assouplir physiquement cette zone en vue de l’accouchement. Cette pratique est donc profitable, ne serait-ce que par la prise de conscience corporelle qu’elle entraîne. Il est conseillé de le faire pendant la grossesse 3 fois par semaine ou plus à partir de la 32ème /34ème semaine de grossesse environ.

Pourquoi le massage périnéal est-il bénéfique ?

💗 Le massage périnéal stimule la circulation du sang dans le périnée – la peau autour de l’ouverture vaginale et entre le vagin et le rectum.

💗 Il prépare la peau à s’étirer sur la tête de votre bébé pendant la phase de délivrance, en augmentant son élasticité et en réduisant le risque de déchirure ou la nécessité d’une épisiotomie.

💗 Il vous aidera également à vous familiariser avec les sensations (picotements, brûlures, fourmillements) qui sont présentes pendant l’accouchement et vous permettra de vous sentir plus proche du processus.

💗 L’utilisation d’huile aide également la peau à s’assouplir.

👉 Il peut être utile de le faire après un bain ou une douche, lorsque la peau est plus souple.

⚠️ Attention : à éviter en cas de varicosités vulvaires (hémorroïdes autour de la vulve), d’herpès vaginal, de muguet.

Comment faire un massage périnéal ?

👍 Lavez vos mains. Asseyez-vous ou penchez-vous en arrière dans une position confortable, ou accroupissez-vous, ou mettez un pied sur une chaise 1️⃣.

👍 Utilisez une huile végétale non parfumée, comme l’huile de tournesol ou l’huile d’olive, sur vos pouces ou vos doigts et autour du périnée. Vous pouvez également vous procurer des huiles de massage spéciales pour le périnée.

👍 Placez un ou deux pouces (ou les doigts) à environ 2 à 3 cm à l’intérieur de votre vagin 2️⃣. Appuyez vers le bas et sur les côtés en même temps 3️⃣. Continuez à étirer doucement et fermement jusqu’à ce que vous ressentiez une légère sensation de brûlure, de picotement ou de piqûre.

👍 Maintenez une pression constante à cet endroit avec vos pouces pendant environ 2 minutes jusqu’à ce que la zone soit un peu engourdie et que vous ne ressentiez plus autant de picotements.

👍 Continuez à appuyer avec vos pouces. Massez lentement et doucement d’avant en arrière la moitié inférieure de votre vagin 2️⃣. Faites cela pendant 3 à 4 minutes.

👍 N’oubliez pas d’éviter l’orifice urinaire. Vous pouvez commencer par un massage très doux, en augmentant la pression à mesure que la sensibilité diminue.

👍 Pendant le massage, tirez doucement vers l’extérieur (vers l’avant) sur la partie inférieure du vagin avec votre ou vos pouces accrochés à l’intérieur 4️⃣. Cela permet d’étirer la peau, comme lorsque la tête du bébé étirera la peau pendant l’accouchement. Massez en forme de U.

Schéma expliquant le massage du périnée

Gardez la mâchoire détendue

Garder la mâchoire souple et détendue permet en fait de relâcher votre plancher pelvien. Ainsi, le fait de soupirer, de bailler, de chanter, de gonfler les lèvres et d’émettre des sons graves (comme Ahhhhh, ooohhhh) peut aider votre mâchoire à se détendre et à se relâcher, et votre plancher pelvien à se relâcher également. Demandez à votre partenaire de vous rappeler de le faire pendant le travail et d’émettre des sons grave avec vous !

Accoucher dans l’eau

S’immerger dans un grand bain chaud est l’image ultime de la relaxation. Pendant le travail, l’eau chaude présente une multitude d’avantages pour soulager l’inconfort, qu’il s’agisse d’une piscine d’accouchement, d’un bain ou d’une douche. Une étude Cochrane réalisée en 2009 (2) a établi qu’il n’y avait pas de différence entre l’accouchement dans l’eau et l’accouchement sur terre en ce qui concerne les déchirures. Pourtant, de nombreuses sages-femmes et femmes ne jurent que par l’eau chaude, qui adoucit les tissus périnéaux et atténue la sensation de couronnement (étape d’expulsion du bébé).

Femme accouchant dans une baignoire

Ecoutez votre sage-femme

Laissez la sage-femme vous guider pour aider votre bébé à venir au monde doucement. Ainsi, une fois que la tête du bébé sera proche de la sortie, votre sage-femme vous suggérera peut-être de ralentir un peu la poussée et de respirer davantage pour amener votre bébé vers le bas lentement et doucement. Cela réduira les risques de déchirure. La sage-femme peut avoir une main sur la tête du bébé et une main sur votre périnée pour le soutenir, ce qui aide à prévenir les déchirures. Écoutez votre sage-femme, elle est là pour vous soutenir.

Faire des exercices du plancher pelvien

Il est souvent conseillé aux femmes enceintes de faire des exercices du plancher pelvien pour se connecter aux muscles du plancher pelvien et les renforcer. Il est très important de continuer à faire ces exercices après la naissance, afin que les muscles du plancher pelvien puissent travailler efficacement et que vous soyez moins susceptible de souffrir d’incontinence urinaire d’effort (vous faire pipi dessus) lorsque vous toussez, éternuez ou sautez.

💡 💡 Il est très important, pendant la grossesse, de savoir où se trouve le plancher pelvien, comment le soulever et le resserrer, et comment le détendre et le relâcher.

Les positions pour l’accouchement

La position dans laquelle vous poussez a une grande influence sur le risque de déchirure. La position allongée, la position gynécologique de base (allongée avec les jambes relevées dans les étriers) ou les positions semi-allongées exercent une pression sur le coccyx et le périnée, réduisent la taille du plancher pelvien et augmentent le risque de déchirure.

La meilleure position pour accoucher est celle que vous choisissez instinctivement pour vous-même et dans laquelle vous vous sentez le mieux. Les femmes qui se sentent libres de se déplacer pendant le travail trouveront la position qui les aide à surmonter les contractions à chaque étape de l’accouchement. Les « mamans modernes » parlent de « naissance active », n’ayez plus peur de vos mouvements et de vos positions qui se présenteront instinctivement à vous durant l’accouchement.

Les positions les moins stressantes pour le périnée sont les suivantes :

  • À quatre pattes (sur les mains et les genoux).
  • Se pencher en avant dans une position debout, à genoux ou assise soutenue.
  • Couchée sur le côté (position que j’ai moi-même expérimentée durant mon deuxième accouchement).
Positions accouchement pour limiter déchirure périnéale
Positions à privilégier durant l’accouchement

Respirer plutôt que de pousser le bébé vers la sortie

Pendant la phase descendante du travail (la phase de poussée), le réflexe d’éjection du fœtus fait descendre le bébé et le fait sortir de l’utérus, vers le vagin puis vers le monde extérieur. Ces fortes poussées (contractions) sont involontaires et font sortir le bébé sans que la mère ne pousse ou ne fasse des efforts.

Lorsque vous ressentez l’envie de pousser, il s’agit en fait de votre utérus qui se contracte déjà et pousse le bébé vers le bas. La plupart des femmes ont une réaction instinctive qui les incite à pousser pendant ces contractions. Vous n’avez pas besoin de pousser en retenant votre respiration et en serrant la mâchoire pour donner naissance à votre bébé. Cela réduit votre apport en oxygène et celui de votre bébé, et tend vos muscles au lieu de les détendre – n’oubliez pas que votre bébé doit sortir et non être retenu. Le fait de respirer en même temps que vos contractions permet à votre bébé de descendre lentement et avec moins de traumatisme pour votre plancher pelvien.

Lorsque la tête de votre bébé pousse sur le plancher pelvien, le périnée commence à se détendre et à s’étirer. La tête du bébé est en train de se couronner et de nombreuses femmes peuvent ressentir  une sensation de picotement intense – le « cercle de feu ».  Le corps signale au cerveau qu’il doit s’arrêter, ralentir et laisser le périnée et les lèvres s’étirer pour accueillir la tête du bébé. Souvent, cette phase peut être très intense et vous pouvez avoir l’envie d’accélérer l’expulsion et faire sortir le bébé tout de suite.

Appliquez une compresse chaude sur le périnée

Certaines sages-femmes appliquent des compresses chaudes pour contribuer à réduire l’incidence des déchirures, ce qui est une excellente nouvelle car l’utilisation de compresses chaudes est SIMPLE. Il suffit de prendre un gant de toilette, de le plonger dans l’eau très chaude, de l’essorer puis de le placer sur le périnée pour soutenir la maman pendant que son bébé est sur le point de sortir.

La chaleur augmente la circulation sanguine dans la région et, si l’on exerce une contre-pression, elle peut être très soulageante. Certaines femmes trouvent la compresse chaude très réconfortante et d’autres préfèrent que le personnel soignant adopte une approche non interventionniste. C’est votre choix, bien sûr.

Alors prête(s) pour l’accouchement ?!

Ainsi, bien que rien ne puisse garantir que vous n’aurez aucune éraflure ou déchirure à la naissance, vous POUVEZ faire beaucoup pour vous préparer au mieux. Savoir qu’il y a beaucoup de techniques et de choses que vous pouvez faire pendant la grossesse et le jour J pour réduire le risque que cela se produise, peut être extrêmement bénéfique pour vous aider à vous sentir plus confiante et positive à l’approche de votre accouchement, moins inquiète et moins craintive.

Tout ce que vous pouvez faire pour réduire le stress et la tension pendant l’accouchement vous aidera vraiment, et des personnes seront là pour vous aider à trouver les positions et les méthodes, partagées ici dans cet article, pour vous permettre de maximiser vos chances d’éviter une déchirure.

J’espère que cet article vous a aidé et rassuré. Le partage d’informations comme celles-ci peuvent vous aider à vivre une grossesse et un accouchement aussi positifs et confiants que possible, qui conviennent à vous et à votre bébé.

Références :

(1) Magali Rousselle. Le massage périnéal prénatal. Gynécologie et obstétrique. 2011. HAL Id: dumas-00662750

(2) Immersion in water during labour and birth – Elizabeth R CluettEthel BurnsAnna Cuthbert – 16 May 2018

Laisser un commentaire